Restituer, Se Confronter, Progresser…

Les séances d’atelier-magie de l’association « les passes-passent » sont toujours ponctués par une restitution immédiate des techniques et tours appris pendant la séance, soit devant les autres élèves présents soit devant un public de circonstance, comme par exemple les parents ou les enfants d’un autre groupe.

Bien que considérée comme extrêmement déstabilisante pour certains, cette habitude présente des avantages réels tant sur le plan personnel que collectif.

Accepter la confrontation

Chacun a déjà connu le stress engendré par une prise de parole en public. A part quelques rares exceptions, la vie de tous les jours ne nous donne que très rarement ces occasions et le stress qu’elles engendrent n’en est que plus légitime.

Malheureusement, les opportunités de s’affirmer devant un auditoire sont souvent déterminantes dans la vie d’un individu. Un entretien d’embauche où l’on voudra juger des qualités d’élocution d’un futur collaborateur, un oral d’examen ou l’on sera attentif à la qualité du raisonnement ou la maîtrise technique d’un candidat, ou lorsque des circonstances particulières ont fait de vous le porte-parole d’un groupe ou d’une idée qui devront être portés par votre charisme supposé…

Toutes ces qualités évoquées précédemment vont avoir tendance à s’effacer voire à disparaître sous l’effet du « trac » et donner une image peu flatteuse de la personne que vous êtes, malgré tous vos efforts.

Les symptômes les plus courants sont généralement une transpiration excessive, des bafouillages, des gestes mal coordonnés, des toussotements incontrôlés, une respiration anormalement rapide, etc…

Dans les cas extrêmes, cela peut conduire à des maux de têtes puissants, des désordres intestinaux et, dans le pire des cas, des crises de panique et des malaises…

Prendre l’habitude d’une restitution systématique des tours et techniques appris devant un public en fin d’atelier magie permet de faire tomber les premières barrières.

En premier lieu, la peur de l’inconnu va s’effacer et un début de confiance en soi va émerger de ces épreuves. Au fur à mesure des séances, la difficulté croissante des tours à présenter permettra de conserver cette petite dose de trac toujours présente et quasi « nécessaire » à une concentration efficace et donc à la qualité de la prestation.

Les ateliers magie n’ont, de ce fait, pas la prétention de faire disparaître le trac, mais d’apprendre aux apprentis-magiciens à mieux le gérer et leur permettre ainsi de révéler à terme la pleine mesure de leur talent.

Ainsi, après avoir dépassé la peur de la confrontation à un public, l’élève pourra se sentir valorisé d’avoir su, au prix de ses efforts, conquérir son public d’un soir et appréhender avec plus de sérénité ses futures prestations.

En plus de l’aider à mieux gérer ses appréhensions, cette démarche le conduira à plus de motivation, de fierté et d’envie de progresser.

De l’importance de conquérir un public

Élément indispensable dans le parcours créatif et artistique d’un artiste, le public reste le meilleur indicateur de la pertinence et de la qualité d’une prestation.

La magie est un art difficile et exigeant, tant sur le plan technique (les célèbres manipulations qui demandent tant de temps à être maîtrisées) que scénique (la création d’un personnage, la connivence installée entre le « performer » et son auditoire, l’habillage des tours, etc.).

Ce dernier aspect ne doit pas être négligé. Chacun pourra se convaincre que pour la majorité des français, les deux magiciens dont ils se souviennent fréquemment sont Garcimore et Éric Antoine, parce qu’ils ont su, au-delà de la créativité et la virtuosité reconnues de leurs tours, affirmer une personnalité artistique unique, en lien avec leur physique et leur personnalité.

Cet esprit de séduction et de conquête est en général le fruit d’une expérience de confrontations au public régulières qui ont mené l’artiste aux bons choix de mise en scène.

Aux vues de ce constat, les restitutions qui concluent les ateliers magie des « Passes-passent » agissent comme des laboratoires d’échange avec le public pour les apprentis-magiciens qui peuvent ainsi faire un test « grandeur-nature » de l’efficacité de leurs effets et de leurs « punchs lines », ces fameuse phrases clés, qui sont l’architecture d’un tour.

Dans le cadre des ateliers magie, le public est ordinairement bienveillant et soutient les progrès des apprentis étudiants en magie.

L’apprentissage de cette facette méconnue du métier d’artiste sur scène est alors abordé en douceur, et chaque élève peut ajuster ses choix et accroître son expérience dans un contexte libéré et apaisant et en tirer instantanément les bénéfices.

Le regard de ses pairs

La démarche qui consiste à vouloir progresser et s’améliorer dans un domaine en autodidacte est très louable, mais souffre parfois de certains écueils difficiles à éviter.

Par nature, l’autodidacte est seul avec ses livres et ses supports vidéo et les mauvaises habitudes de travail sont souvent vite prises dans ce contexte.

Ils en résultent des erreurs récurrentes qui, en plus d’être très difficile à corriger, ne sont souvent même pas perçues par l’individu tant elles sont insidieuses.

La plupart des magiciens ont suivi un parcours de ce type, jalonné de livres, de vidéos, ou de conférences ou stages ponctuels et à quelques occasions, des échanges entre magiciens mais cela reste très limité.

A ce titre, un atelier-magie est un réel espace d’échanges et de bénéfices mutuels à condition d’y prêter attention. Dans ce cadre, chacun est l’égal de l’autre et rencontre des difficultés différentes mais équivalentes.

Offrir sa restitution aux regards de ses camarades magiciens est une bonne occasion d’apprendre et d’accepter qu’une critique argumentée, que l’on veut bien sûr bienveillante, peut être très bénéfique, au-delà de la vexation qu’elle pourrait procurer.

Pour les camarades présents, cet exercice est l’occasion d’apprendre à formuler ces critiques dans un esprit solidaire et diplomate, prémices de relations sociales et professionnelles apaisées.

Cet apprentissage est aussi l’occasion de percevoir des erreurs chez les autres pour éviter de les refaire soi-même. A terme, il permet d’affirmer sa personnalité, de renforcer son sens critique, son esprit d’analyse et de synthèse, et aide à trouver sa place dans un groupe.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *